UMP, PS, Europe Ecologie : foire aux propositions

La campagne électorale est lancée en Bretagne depuis fin janvier. Que mettent l’UMP, le PS et Europe Ecologie Bretagne en avant lors des meetings ?

Décryptage des points communs et des différences entre les propositions politiques.

 

 CONVERGENCES

Réunification et autonomie de la Bretagne

Toutes les listes soutiennent ces grands projets. Néanmoins, les partisans d’Europe Ecologie Bretagne apparaissent comme étant les plus volontaristes sur ce sujet.

L’importance de l’agriculture et de l’agroalimentaire

Tous sont d’accord sur la nécessité de préserver la place de première région agricole et agroalimentaire de France. Cependant, seul Europe Ecologie Bretagne a déjà défini les mesures qui seraient prises dans ce sens, en cas de victoire. Le parti a l’intention de « doubler le budget consacré à l’agriculture et de réorienter les aides vers l’agriculture responsable » et « d’exiger la régionalisation et la mutualisation des crédits de la PAC (Politique agricole commune) ». Silence radio pour les autres.

L’accès au numérique

Les trois partis sont pour l’accès au très haut débit afin de désenclaver la Bretagne. Mais les mesures concrètes pour mettre en place ce vaste projet tardent à se faire entendre dans les discours politiques. Quel sera le budget débloqué ? Quelles seront les régions prioritaires ? 

 Le breton et le gallo

Chacun des partis affirme vouloir développer l’enseignement de ces langues régionales et insiste sur l’importance de leur préservation. Ils restent cependant évasifs sur les actions qui seront menées.

DIVERGENCES 

La bataille de l’énergie

L’UMP est favorable à la construction d’une centrale thermique d’appoint à Ploufragan (selon ce que propose l’Etat).

Le PS travaille sur trois pistes : une meilleure régulation de sa consommation en fonction de ses besoins, un développement des énergies renouvelables et la création, si nécessaire, d’unités de production d’appoint.

Europe Ecologie Bretagne veut développer les énergies renouvelables (énergies marines, biomasse, éoliennes offshore) et économiser au maximum en améliorant l’isolation des logements.

La jeunesse bretonne

L’UMP souhaiterait réunir forces économiques et enseignement supérieur pour créer un « Breizh Campus ». Le concept : tout fédérer dans un même lieu pour que toute la créativité intellectuelle et économique se rejoigne.

Le PS veut « donner un parcours solide aux jeunes » pour qu’ils accèdent à une meilleure qualification et qu’ils « optimisent leurs chances de trouver un emploi ». Des idées qui restent théoriques.

Europe Ecologie Bretagne veut « soutenir des projets pilotes proposant des pistes d’action innovantes pour l’accès au logement, aux loisirs, pour l’accompagnement du projet d’orientation et la valorisation de l’engagement citoyen ».

L’équilibre des régions

Pour l’UMP, dans le cadre de la grande Europe, « il faut rapprocher l’Ouest breton très éloigné ». Le parti veut « faire un travail sur Brest métropole, mais aussi sur les villes moyennes de l’Ouest breton pour qu’il y ait une pénétration de l’économie de la connaissance, créatrice d’emploi ».

Le PS est favorable au développement de « la solidarité des territoires entre eux » pour mieux les rapprocher. La finalité : donner à la région une dynamique interne afin de « faire rebondir la Bretagne dans l’équilibre nouveau ».

Europe Ecologie Bretagne veut éviter la concentration de toutes les fonctions (politiques, administratives, économiques, culturelles) sur la seule ville de Rennes. Ils ont l’intention de renforcer les liens qui rassemblent les petites et moyennes villes et maintenir les services publics de proximité.

Les organismes génétiquement modifiés (OGM)

L’UMP et le PS ne font pas campagne sur ce thème.

Europe écologie Bretagne souhaite que la Bretagne reste une région sans OGM et refuse que les produits OGM entrent en France par les ports bretons.

Morgane Fleury

Publicités

Les commentaires sont fermés.